Histoire du Costa Rica

Histoire du Costa Rica

Il fallu 400 ans pour en faire une « Côte Riche »

Sa vraie richesse fût de ne pas en avoir pour les espagnols! Pas d’or, que des forêts impénétrables. Cette Costa Rica allait forger un peuple fier, libre, indépendant et pacifique.

Ce que propose Cactus Tour pour découvrir l’Histoire

  • des circuits qui passent par les sites les plus importants à la découverte de toutes les cultures du pays
  • des guides bilingues qui seront à vos côtés pour expliquer chaque traditions, anecdotes et replacer dans son contexte l’histoire avec la vision du Costa Rica d’aujourd’hui
Ils seront toujours au fait des activités et des rencontres possible dans le pays au moment de vorre voyage. Ils sont connus et ont la confiance de beaucoup d’habitants sur tous nos itinéraires
  • des recommandations sur les événements actuels, à venir, les manifestations, les dates importantes pour assister aux grandes fêtes nationales
  • des visites organisées dans les institutions dédiées à l’étude et à la recherche les salles des musées et leur conservateurs, des professeurs en pleine recherche
  • des rencontres avec les habitants qui permettent d’avoir une autre vision sur les sociétés d’Amérique Latine et le monde
  • votre conseiller préparera avec vous les meilleurs sites et les étapes les plus pertinentes pour découvrir l’histoire des colonies espagnols aux confluent de tous les continents
  • suivez nos départs spéciaux dans le calendrier

Découvrez le Costa Rica dans le monde d´aujourd´hui

le Costa Rica dans le monde d´aujourd´hui

Consultez toutes les infos sur le Costa Rica

Nos conseillers sont là pour vous orienter sur le voyage que vous souhaitez, en réponse directe et rapide
Contactez nous pour nous soumettre votre projet

Époque précolombienne

À l’époque précolombienne, les indigènes se répartissent sur le territoire du Costa Rica. Ils sont 400 000 individus à l’arrivée des espagnols, répartis en petites communautés. Il s’agit des Malekus, Chorotegas, Huetares originaires du nord de l’Amérique Centrale et des Bribris, Cabécares, Borucas et Guayamis issus du nord de l’Amérique du Sud

Le commerce et les échanges sont réalisés avec des indiens, tels les Mayas au nord et les Aztèques au sud. La sédentarisation s’accentue à partir de l’an 800

L’agriculture  et la chasse sont les principales activités des indiens, mais à l’époque précolombienne au Costa Rica il existe aussi un peu de pêche

RETOUR

La colonisation

Le Costa Rica, petit pays couvert d’une jungle encore mystérieuse, s’avère très difficile à coloniser. Par la côte Caraïbe l’accès en est quasiment impossible, d’autant plus que les Bribris ne sont pas accueillants voir très virulents. Il faut attendre la découverte de l’océan Pacifique pour voir les premiers espagnols s’installer sur les terres plus sèches de la côte Pacifique. Le pays n’offrant que peu de richesses en or, mais beaucoup de moustiques et portant un nom donné un peu rapidement (« côte riche ») par Christophe Colomb, les colonisateurs ne se bousculent pas pour s’y implanter. Aussi les colons du Costa Rica se retrouvent peu nombreux pour défricher, évangéliser et coloniser ce territoire si dense

De leurs côtés, les indiens sont décimés par les nouvelles maladies  venues d’Europe et les ravages de la colonisation. Ils ne sont plus que 100 000 en 1580 et on dénombre uniquement 10 000 personnes, 40 ans plus tard!
Les espagnols délaissés par le royaume du Guatemala, capitale de la colonisation espagnole en Amérique Centrale, sont obligés de « pacifier » leur relation avec une partie des indiens pour survivre. D’où peut-être un relatif respect entre les différentes communautés et une certaine idée de la paix qui perdure  dans l’esprit des costariciens à ce jour

RETOUR

Lorsque se développe la culture du tabac à la fin du 18ème siècle puis celle du cacao, et l’élevage, la Capitainerie Générale du Guatemala a un regain d´intérêt pour le Costa Rica. Viendrons les Bananes et le café qui finalement donnera ses lettres de noblesse à la petite colonie

Chronologie de l’époque coloniale

1492 Découverte de l’Amérique
1502 Le 18 septembre Christophe Colomb arrive face à l’actuel port de Limon
1513 Vasco Munez de Balboa découvre l’océan pacifique (au niveau de l’actuel Panama)
1522 Première incursion des espagnols au Costa Rica
1524 Fondation de la 1ère ville de Brusselas dans la péninsule de Nicoya
1563 Fondation de El Guarco, actuelle Cartago et première capitale par Juan Vasquez de Coronado
1706 Fondation de Cubujuquí, actuelle Heredia
1710 Le chef indien Pablo Presbere est condamné à mort pour s’être révolté avec son peuple
1723 Destruction de la ville de Cartago suite à l’éruption du volcan Irazú
1737 Fondation de Villanueva de Boca del Monte, actuelle San José
1782 Fondation de Villa Hermosa, actuelle Alajuela
1797 Introduction du premier caféier

RETOUR

Le 19ème siècle, indépendance et modernité

Les terres riches de la vallée centrale et le climat plus clément de la région, permettent à la société coloniale de s´y implanter et de commencer les échanges commerciaux avec le reste du monde
Le reste du pays est peu exploré à cause de sa jungle, dont deux caractéristiques la rendent hostile à la colonisation : le climat est tropical et elle est habitée par des indiens insurgés

En 1821, lorsque l’indépendance est proclamée, une nouvelle fois, le pays est à l’écart du schéma classique : pas de guerre, pas de bataille. La lettre donnant son indépendance au Costa Rica arrive plus de 5 mois  après la date officielle, par service postal et à dos de mule. La nouvelle est accueillie avec une certaine indifférence puisque ne changeant pas grand-chose à la vie quotidienne d’un peuple qui vit en dehors du temps, dans son petit paradis cerné par une nature à la fois hostile et magnifique
Alors que la fédération des états d’Amérique Centrale s’arrête d’elle-même, le Costa Rica proclame en 1848 sa souveraineté et son indépendance. C’est la Première République
Durant le 19ème siècle, le pays change radicalement avec le début de l’exportation du café vers l’Angleterre. Grâce au café le pays va pouvoir s’ouvrir totalement au monde, importer les premiers biens manufacturés, faire venir des appareils électroménagers comme des cuisinières en fonte ou encore des casseroles
C’est le début de la vie moderne, San José devient la première capitale ayant l’éclairage publique, on y construit un théâtre à l’image de l’Opéra – Comique de Paris. Il est financé par dote des agriculteurs et exportateurs de café, construit par une équipe d´architectes européens et  classé monument historique depuis 1965

RETOUR

Cette prospérité est accompagnée d’un goût pour la démocratie, les institutions et l’éducation. L’école est publique et obligatoire depuis 1869
C’est dans un État à bases démocratiques solides que vers 1870 la United Fruit Company vient s’installer. En échange de concessions pour l’exploitation d’immenses bananeraies sur la côte Caraïbe, la compagnie  doit investir dans le chemin de fer, les hôpitaux et d´autres infrastructures, permettant ainsi au Costa Rica de consolider encore plus son esprit démocratique

Chronologie du 19ème siècle, indépendance et modernité

1821 Le 29 octobre, annonce nationale de l´Indépendance du Costa Rica (réelle depuis le 15 septembre)
1823 La capitale est transférée à San José
1824 Abolition de l´esclavage par Juan Mora Fernández le premier président
1828 Le 25 juillet, le Guanacaste est annexée par référendum au Costa Rica
1834 San José est déclarée nouvelle capitale
1848 Déclaration par José María Castro Madriz de la République de Costa Rica
1856 Le 11 avril, la bataille de Rivas contre les flibustiers de William Walker. Depuis le 11 avril est férié pour commémorer la mort du jeune héros Juan Santa Maria
1867 Fondation de Cariari, actuelle Puerto Limón
1869 Institution de l’école primaire publique, obligatoire et gratuite
1882 Abolition de la peine de mort
1883 La journée de travail est portée à 8 heures
1889 Instauration du suffrage universel (sauf pour les femmes, les noirs et les indiens)
1890 Inauguration du chemin de fer de San José à Limon
1899 Création de la United Fruit Company

RETOUR